Vers le site du Rectorat Vers le site national

Navigation

Thème et problématique (TraAM 2013)

lundi 24 juin 2013.

Le questionnement est au fondement de nos travaux académiques.

- Quels enjeux et quelles compétences développent, au collège et au lycée, la conception et la réalisation d’un carnet numérique de travail et de réflexion, en Arts plastiques ?
Ce carnet de travail peut-il être utile et pertinent pour articuler pratique plastique, culture artistique et enseignement de l’Histoire des arts, notamment au moyen des outils numériques ?

Cette thématique est, en effet, centrale dans les programmes d’Arts plastiques et fait le lien entre le collège et le lycée. De plus, elle autorise à penser l’articulation des compétences artistiques, culturelles et méthodologiques au cœur des pratiques numériques. Elle tire parti, particulièrement au collège, du plan de déploiement, au bénéfice des élèves et des professeurs, d’outils numériques (ordinateurs portables et tablettes numériques iPad).

Le carnet numérique de travail et de réflexion est le journal de bord personnel de l’élève.

  • Quelle forme peut-il prendre ?
  • Quels contenus peut-il inclure ?
  • Quels usages et mise en œuvre en classe ?
  • Quels outils numériques la réalisation d’un carnet de travail et de réflexion permet-elle d’exploiter ?
  • Quelles compétences sont visées, en référence au livret de compétences du socle commun au collège (C4 C5 C7) et en référence au programme du lycée ?

Ces interrogations balisent le champ des investigations et des actions à mener en classe à partir de fiches-action précisant les projets de chacun.

Eléments de synthèse

Les différents travaux menés ont permis de mettre en lumière l’intérêt d’un carnet numérique de travail en 4 points :

1. Il constitue un support multi-tâche, de captation et de création, en cohérence avec la définition des Arts plastiques, comme matière enseignée transverse à plusieurs disciplines artistiques (dessin, peinture, volume, photographie, vidéo).

2. Il permet de combiner et de structurer des éléments de travail de nature diverse, tels que des images, des sons, des textes, des hyperliens. Il met directement en jeu l’articulation entre la pratique artistique des élèves et la culture artistique, au fondement de l’enseignement de l’Histoire des arts au collège et au lycée.

3. Sans se limiter à la seule réalisation d’un carnet de bord, l’utilisation d’une tablette numérique (l’expérimentation a porté sur l’iPad 2) permet de construire un environnement de travail dédié aux Arts plastiques dans lequel les applications de captation et de création possèdent une interface qui les rendent compatibles entre elles.

4. Ce dernier point semble indiquer qu’il existerait une marge de manœuvre pour construire une progression pédagogique visant à des acquisitions de pratique numérique et de réflexion de plus en plus complexe chez les élèves, depuis le collège jusqu’au lycée.


Le groupe de travail

Régis RIGAUD, CTICE.
Philippe GALAIS, IA-IPR Arts plastiques.
Denis DUFOUR , IATICE coordonnateur du projet (lycée d’Arsonval, Brive).
Ondine AMAT (Lycée Jamot, Aubusson)
Christian GABACH (Collège Freyssinet, Objat)
Virginie PACE (Collège V. Hugo, Tulle)

 
Répondre à cet article