TraAM 2014-15 : l’espace, le lieu
Article mis en ligne le 4 septembre 2015
dernière modification le 2 avril 2020

par Denis Dufour

Présentation générale

TraAM 2014 - 2015
ARTS PLASTIQUES - PROJET
Objectifs et recentrage

Axe de travail national
Pratiques numériques actuelles et enseignement des arts plastiques (pratiques mobiles, pratiques interactives, virtualité, déplacement des prises en compte du corps, du temps et de l’espace...).

Projet
Le projet est de réunir des professeurs (volontaires) bénéficiaires de l’opération « Ordicollège – iPad », afin d’élaborer des ressources de réflexion (recherche de références artistiques, de textes théoriques, bibliographie, sitographie) et expérimenter des scénarios pédagogiques, en questionnant les pratiques numériques actuelles qui croisent plus particulièrement les pratiques mobiles et la virtualité, et en mobilisant notamment la technologie de l’iPad.

Les enjeux sont d’analyser et d’expliciter en quoi les pratiques numériques dans un cours d’Arts plastiques participent à construire les compétences décrites dans les programmes. Les recherches commencées doivent permettre d’éclairer par des exemples travaillés des formes de mise en œuvre possibles.

Problématique
En quel sens les pratiques mobiles [1] et le virtuel [2] renouvellent-ils l’approche et la représentation de l’espace et du lieu dans un cours d’arts plastiques   ?

Axe de continuité
Permettre à l’équipe de poursuivre et de développer la réflexion du TraAM précédent, dans lequel les pratiques de la vidéo d’animation numérique (iPad et ordinateur) ont été abordées.

Le groupe de travail

• J.P. LEOPOLDIE, Délégué académique au numérique.
• Valérie PERRIN, IA-IPR Arts plastiques.
• Denis DUFOUR , IATICE coordonnateur du projet.
• Annelise DUBOIS (Collège d’Argentat)
• Sylvain GOUALARD (Collège A. Bisch à Beynat)

Problématique

En quel sens les pratiques mobiles [3] et le virtuel [4] renouvellent-ils l’approche et la représentation de l’espace et du lieu dans un cours d’arts plastiques   ?
L’espace constitue un point d’ancrage dans les arts visuels figuratifs et non figuratifs. De l’Antiquité jusqu’à nos jours nous pouvons distinguer trois paradigmes structurant la représentation de l’espace et du lieu :

- L’espace et le plan : « Organiser l’espace avant la perspective », un dossier interactif du musée du Louvre
Lien : http://www.louvre.fr/clefanalyses/organiser-l-espace-avant-la-perspective-representations-symboliques-de-l-espace

- L’espace et la profondeur : représenter l’espace avec le système de la perspective
Lien 1 : la peinture au XVe siècle
http://expositions.bnf.fr/fouquet/reperes/37/index37a.htm
Lien 2 : l’invention de la perspective
http://www.dailymotion.com/video/xut1cy_daniel-arasse-une-histoire-de-peintures-1_creation
Lien 3 : la perspective
http://www.cineclubdecaen.com/peinture/analyse/perspective.htm

- L’espace augmenté lié au développement des technologies et aux modèles de conception numérique : un dossier de l’ESAD Orléans
Lien 1 : sommaire
http://www.esad-orleans.fr/spip/spip.php?article255&artsuite=0#sommaire_1
Lien 2 : introduction et problématiques
http://www.esad-orleans.fr/frac/espaceaugmente/introduction.html
Lien 3 : projets d’artistes et d’étudiants
http://www.esad-orleans.fr/frac/espaceaugmente/projets.html

Autres ressources

- Lettre Tic’Edu Arts plastiques : La figuration et l’espace
Ce dossier est élaboré sur les rapports entre la figuration et l’espace, à savoir les questions de l’espace littéral de l’œuvre, de l’espace suggéré (représentation), de l’espace de présentation de l’œuvre, et de l’espace (le lieu) dans lequel l’œuvre s’élabore. Perspective, échelle, scénographie, lieu et atelier sont au centre des préoccupations artistiques passées et actuelles et nourrissent la réflexion sur la question plus large de la figuration et de l’espace.
Lien : http://eduscol.education.fr/arts/ticedu/ticedu-arts-mars-2013/view

- In situ : représenter l’espace
Ce dossier présente des ressources documentaires et pédagogiques pour le niveau du collège.
Lien : http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/arts-plastiques-insitu/enseignement/lecons/des-representations-de-l-espace-679353.kjsp?RH=1313315843794

- Espace pluriel : un dossier du service éducatif, Les Abattoirs (Toulouse)
Ce dossier propose des pistes à explorer avec les élèves du premier et du second degré. Les questions soulevées par la notion d’espace sont multiples : ces différentes entrées justifient le décloisonnement des champs d’activité et la variété les pratiques en classe. Convoquant aussi bien le dessin, la peinture et les compositions plastiques que l’utilisation de l’outil informatique, elles conduisent aussi à faire l’expérience de la muséographie, de l’installation, de la vidéo… La distinction espace réel / espace figuré entend, quant à elle, introduire une réflexion relative à la présentation et à la représentation, au corps agissant, au corps « spect’actant », à l’écart, à l’illusion, à l’imaginaire, à l’architecture…
Lien : http://www.lesabattoirs.org/enseignants/dossiers/2012/espacepluriel.pdf

Collège : la carte postale virtuelle

Ressource pédagogique
Enseignant : Sylvain GOUALARD
Collège Amédée Bisch, Beynat – Académie de Limoges.

Exposé
Cette action pédagogique est conçue pour une classe de 3ème au collège de Beynat et de Clemenceau (Tulle) avec utilisation de l’iPad 2 et de son appareil photographique intégré par le biais de l’application gratuite Photosynth (by Microsoft). L’élève travaille de manière mobile, par le biais du médium photographique et de l’infographie autour de la représentation de l’espace virtuel.
L’objectif est bien de se démarquer de l’utilisation habituelle de ladite application pour créer des paysages singuliers ou même étranges et ainsi sortir de la catégorie photographie documentaire à la façon d’un Martin Parr. Le résultat final prendra la forme d’une sorte de carte postale virtuelle d’un lieu imaginaire avec la possibilité d’un prolongement interdisciplinaire en cours de Français sur la notion de lettre fictive (récit lié à une image).

- Document à consulter : fiche d’action pédagogique, La carte postale numérique (document 1 :

.

Bilan
À l’issue de cette séquence, force est de constater que les élèves ont globalement bien suivi la consigne et tout particulièrement pour ceux qui se sont fortement impliqués dans le choix du paysage et dans son prolongement infographique. Il a cependant fallu qu’ils s’approprient l’application Photosynth en la « malmenant » afin d’exploiter ses limites et autres dysfonctionnements. Cette première approche a permis aux élèves de se familiariser avec tous les aspects techniques et autres possibilités créatives de l’application dans l’espace extérieur du collège, mais c’est sans conteste la phase de prises photographiques en dehors de l’établissement qui va donner les résultats les plus probants et les plus surprenants. Certaines vont être prises dans des espaces familiers en Corrèze et d’autres dans des pays étrangers étant donné que la séquence avait débuté juste avant les vacances de Pâques, période propice aux voyages plus lointains.
En ce qui concerne la phase infographique, je trouve que les élèves ont utilisé avec pertinence les applications de retouche numérique, sans doute parce qu’elles sont intuitives, et cela en totale autonomie avec une bonne répartition des tâches. Le résultat final est à la hauteur de mes espérances et de mes attentes tant au niveau de l’aspect visuel que de la signification ; l’ajout d’un titre évocateur du lieu originel permet de donner un « côté kitsch » à la production, caractéristique incontournable des véritables cartes postales.

Travaux des élèves

Collège : l’iPad, l’espace et sa représentation

Ressource pédagogique
Enseignante : Annelise DUBOIS
Collège public, Argentat – Académie de Limoges.

Exposé
La thématique de cette année questionnait la virtualité et les pratiques numériques mobiles au sein d’un cours d’Arts plastiques. Comment donner forme au virtuel, à ce qui relève de l’immatériel et du latent ? Est-ce que l’outil numérique peut contribuer à la compréhension de notions plastiques ? Peut-il aider à révéler ce qui est potentiellement présent ?
Depuis plusieurs années, j’aborde la perspective et l’espace en profondeur avec les élèves du collège. J’ai testé différentes manières d’approcher cette question de l’espace 2D et 3D. Il m’a semblé intéressant de la croiser avec une pratique numérique sur Ipad 2. Comment l’Ipad peut aider à la compréhension d’un espace en profondeur et en perspective dans un cours d’arts plastiques de niveau troisième ?

L’application Sketches Tayasui
Dès le début, j’ai eu l’idée de pouvoir faire travailler les élèves d’après des photographies qui auraient été prises par eux. L’Ipad 2 met à disposition cet outil et chaque élève a la possibilité de prendre des photographies et de les retravailler sans que la logistique ne soit trop lourde pour le cours et la salle de classe. J’ai donc téléchargé et testé différentes applications permettant la retouche photographique. L’application "Sketches Tayasui" s’est imposée comme étant la plus intéressante à différents niveaux : prise en main instinctive et donc rapide, des carnets à dessins personnalisables, des outils graphiques certes limités en version gratuite, mais permettant une retouche d’image correcte, un langage gestuel bien conçu, un historique, bien que limité dans le temps, un nuancier, des choix de papier et surtout la possibilité de prendre des photographies et de les utiliser comme support de travail et de retouche.

- Document à consulter : fiche d’action pédagogique, L’espace en perspective document 1 :


Bilan
Pour approfondir la question de l’espace en profondeur et en perspective, l’outil numérique est introduit aux élèves grâce à un tutoriel de prise en main. Ce temps de prise en main est très riche pour les élèves. Je peux noter que l’élève sollicite moins l’enseignant avec l’Ipad. Il va davantage chercher la solution par lui même et s’organiser en groupe afin de se donner des conseils. L’Ipad mène à davantage d’autonomie face à une situation problème et à des échanges plus denses et techniques. L’enseignant reste cependant très souvent sollicité et il se doit de parfaitement bien maîtriser l’application.

Travaux d’élèves

Lycée : le lieu et le son

Ressource pédagogique
Enseignant : Denis DUFOUR
Lycée d’Arsonval, Brive – Académie de Limoges.

Exposé
Doit-on considérer les technologies numériques en soi ou les croiser avec d’autres médiums ?
L’axe de travail proposé a entrainé une réflexion sur la mobilité des techniques entre elles, le passage de l’une à l’autre.
Sous quelles formes ce passage est-il concevable et pédagogiquement exploitable ?

1. Une articulation entre différents projets.
2. Une remédiation à des points d’enseignement complexes.


La question de la mobilité et de la virtualité entraine un questionnement sur le décloisonnement des technologies numériques et des techniques traditionnelles :

1. la complémentarité des techniques ;
2. le dialogue entre les médiums ;
3. l’articulation des langages.


En nous appuyant sur les aptitudes des élèves à passer d’un geste à l’autre, d’un outil à l’autre, d’une technique à l’autre et d’un langage à l’autre, nous cherchons à développer des aptitudes plasticiennes en rapport au champ des pratiques et des connaissances transdisciplinaires.
Une expérimentation pédagogique est menée dans ce sens : elle implique une classe de Terminale (Arts plastiques, enseignement Facultatif) dans la réalisation d’une création sonore numérique au projet d’installation graphique et annoté dans un espace/lieu.
Il s’agit d’une séquence pédagogique comportant 3 phases :

1. phase 1 : atelier d’écoute, d’analyse et de modification de sons sélectionnés par l’enseignant ;
2. phase 2 : sujet visant la réalisation aboutie d’une production sonore numérique à partir des captations de quelques sons réalisées par les élèves ;
3. phase 3 : projet d’installation du son dans un espace/lieu réel ou conçu.


- Document à consulter : fiche d’action pédagogique, Le lieu et le son : la création sonore numérique document 1 :


Bilan
Ce travail a permis aux élèves de croiser Arts plastiques et Arts du son et d’élargir leur champ de réflexion et de création en intégrant le son comme médium artistique. Ce champ est déterminé comme un processus articulant trois phases, qui mettent en jeu différentes aptitudes et compétences chez les élèves au cycle terminal. La notion d’espace est abordée de manière complexe à travers la relation espace / son / lieu / spectateur.

Travaux d’élèves

Léa P. , élève de Terminale Arts plastiques

"Ma réalisation achevée est un enchaînement de 3 sons presque identiques. Le son final est énigmatique et se fond en fermeture : il évoque le vent ou un bruit mécanique. Mon travail questionne le rapport entre le monde urbain et le monde naturel, par le biais du son. J’ai travaillé à partir de captations de sons réalisées dans le métro à Paris : le bruit du train et des gens, un bruit strident et désagréable. La base de mon travail repose sur l’étirement du son d’origine, de 27 secondes à 1 minute 40 secondes, l’inversion et la diminution de la vitesse et de la hauteur du son. La partie la plus stridente a été découpée et enlevée du montage. J’ai introduit un effet d’échos pour obtenir un effet d’aller et retour pour imiter le bruit du vent. Le son est répété 3 fois pour créer l’impression de boucle et d’infini par le biais du fondu en fermeture. Mon idée est de rapprocher un son mécanique et artificiel d’un son naturel, et de faire en sorte que le spectateur se questionne sur l’origine du son."

- Ecouter la production sonore :