En partage : retour d’expérience
Une mise en oeuvre - Une pratique enseignante en collège
Article mis en ligne le 11 avril 2020

par Noëmie Guéraud

Suite à la fermeture des établissements scolaires, les enseignants d’arts plastiques se mobilisent pour la mise en oeuvre de la continuité pédagogique.

"À VOS MASQUES"
Voici l’une des incitations proposée aux élèves de cycle 4 du collège Corot d’Aixe-Sur Vienne ainsi qu’à ceux du collège Pierre de Ronsard de Limoges par leur enseignant d’arts plastiques (parallèle aux élèves du collège Paul Langevin de Saint Junien, guidés par leur enseignante).

Au sein de ces deux établissements la mise en œuvre de la continuité pédagogique s’appuie sur le contexte sanitaire actuel mais aussi sur un approfondissement de situations pédagogiques engagées ou éprouvées en classe.
En effet, l’enseignant d’arts plastiques incite les élèves à poursuivre les recherches plasticiennes et culturelles entamées avant la confinement et maintient des échanges via pronote, logiciel privilégié par les établissements.
Les mises en situation de pratique, nécessitant un matériel facilement récupérable au sein de chaque foyer pour les élèves, engage un échange de camaraderie via pronote et les réseaux sociaux.
Parallèlement l’enseignant propose aux élèves des « sorties au musée » par le biais d’une liste de musées offrant des visites virtuelles. Certains élèves d’un des établissements ont participé à un voyage scolaire pré-confinement dans la ville de Paris et mobilisent, virtuellement, leur repères, leurs souvenirs et redécouvrent les œuvres rencontrées. Pour ceux qui n’ont pas connaissance de ces lieux et des œuvres qu’ils contiennent, c’est une découverte culturelle et patrimoniale riche de sens en cette période.

Les compétences liées au numérique sont également sollicitées par la poursuite de travaux en stop motion. L’enseignant s’est chargé de délivrer aux élèves des applications téléchargeables sur leur smartphone telle que « Stop Motion » reliée à des tutoriels visibles sur la plateforme youtube pour poursuivre ou créer à nouveau, une animation.

Enfin, les élèves et l’ensemble du personnel des établissements sont sollicités pour participer au projet :« Coronamaison » de Pénélope Bagieu publié sur son compte Twitter.
A partir d’un dessin fait de lignes noires sur une page blanche représentant un espace intérieur clos et vide, hormis un escalier qui lie un ailleurs, un hors champ qui serait l’intérieur de chez soi et le white cube d’une pièce à investir, chacun peut s’approprier cet espace vierge et donner à voir son imaginaire.