Thème 5 - Les marchés des biens et services sont-ils concurrentiels ?
Article mis en ligne le 13 janvier 2021

par Jamila Khaddam-Ellah

THEME 5 - Les marchés des biens et services sont-ils concurrentiels ?

Cette page contient un ensemble de recommandations pédagogiques pour traiter le thème 5 du programme de première de la spécialité économie ainsi que des liens vers des ressources pédagogiques.

Objectifs pédagogiques : L’intensité de la concurrence sur un marché dépend du nombre d’entreprises, de leur stratégie, de l’entrée potentielle de nouveau concurrents, de l’existence de produits substituables.

Après avoir étudié ce thème, l’élève sera capable :

  • de définir un « marché pertinent » ;
  • d’identifier les intervenants sur un marché ;
  • de calculer un degré de concentration des marchés et de caractériser la structure des différentes formes de concentration : concurrence, oligopole et monopole ;
  • de déterminer la fixation du prix sur un marché concurrentiel ;
  • de calculer et interpréter une élasticité prix-demande dans des exemples simples ;
  • d’analyser les stratégies de fixation des prix par les entreprises en fonction de la structure des coûts et de la concentration du marché ;
  • de déterminer si une modification des prix s’accompagne d’une évolution des caractéristiques des produits ;
  • de calculer un coût moyen et un coût marginal de production avec des exemples simples et en interpréter les résultats.



PROGRAMME ET RECOMMANDATIONS PEDAGOGIQUES
THEME 5 - Les marchés des biens et services sont-ils concurrentiels ?

Une notice d’accompagnement pour les professeurs sur les notions étudiées dans le thème 5
Notice indicative thème 5
Cette notice d’accompagnement est destinée aux professeurs. Il ne s’agit en aucun cas de ressources à utiliser avec les élèves. Elles vise plutôt à partager le cadre théorique et les éléments factuels permettant de mieux maîtriser les notions parfois nouvelles figurant dans ce programme. Elle est destinée en particulier aux collègues qui n’ont pas à l’origine une formation économique, ou dont cette formation peut être lointaine.

Pour chaque sous-thème vous trouverez ci-dessous :

  1. Le programme avec le contexte et les finalités de chacun d’entre eux.
  2. Les indications complémentaires : conseils didactiques et pédagogiques.
  3. Des ressources pédagogiques.



Recommandations pédagogiques pour le sous-thème 5.1. Le degré de concurrence selon les marchés

5.1. Le degré de concurrence selon les marchés

Indications complémentaires - conseils didactiques et pédagogiques : Les échanges de produits entre entreprises et ménages s’effectuent sur des marchés où se confrontent leur offre et leur demande. Sur un marché concurrentiel qui compte de nombreux acheteurs et vendeurs d’un même bien ou service, les prix s’ajustent afin de rendre compatibles les décisions d’offre et de demande des agents économiques car aucun des agents n’est en mesure d’influencer à lui seul le prix. Une modification des conditions initiales (coût de production pour l’offre et préférences pour la demande par exemple) va conduire à un nouvel équilibre et se traduira par une variation de prix. Pour faire cette présentation, le professeur pourra s’appuyer sur des illustrations graphiques faisant intervenir des courbes d’offre et de demande sans toutefois s’y réduire.

La demande dépend essentiellement du prix mais d’autres variables peuvent l’influencer comme le revenu, les goûts des consommateurs ou les prévisions que les demandeurs peuvent faire (voir étude du thème 3). À partir d’exemples du quotidien, le professeur proposera aux élèves des calculs d’élasticité prix-demande et d’élasticité croisée pour faire comprendre concrètement les notions de produits substituables et complémentaires.

L’offre des producteurs (ou des vendeurs) correspond à ce que les entreprises sont disposées à produire et à vendre. L’offre est généralement une fonction croissante du prix, ce qui implique qu’elle augmente lorsque le prix augmente et elle diminue lorsque le prix diminue. Mais cela n’est vrai que si les coûts de production n’augmentent pas plus vite que le prix de vente. Pour montrer l’influence des coûts de production sur le prix de vente, l’étude proposera le calcul de coûts marginaux et moyens dans le cas de productions simples ainsi que leur interprétation.

Ce fonctionnement d’un marché concurrentiel est à mettre en relation avec la notion de « marché pertinent » énoncé dans les capacités du programme. Le marché pertinent, au sens où l’entend le droit de la concurrence, est défini comme le lieu sur lequel se rencontrent l’offre et la demande pour un produit ou un service spécifique. En théorie, sur un marché concurrentiel, les unités offertes sont parfaitement substituables pour les consommateurs qui peuvent ainsi arbitrer entre les offreurs lorsqu’il y en a plusieurs, ce qui implique que chaque offreur est soumis à la concurrence par les prix des autres. L’objectif poursuivi in fine par les autorités de la concurrence à travers la notion de marché pertinent est d’apprécier le pouvoir de marché d’une entreprise, c’est-à-dire sa capacité à augmenter ses prix au-delà du prix concurrentiel. Dans ce cas, l’Autorité de la concurrence peut réglementer le marché afin de rétablir au mieux les règles de la concurrence.

En observant le fonctionnement des marchés, on constate que le prix découle non seulement de la rencontre de l’offre et de la demande mais aussi des stratégies d’acteurs en situation de concurrence imparfaite. Des barrières à l’entrée peuvent par exemple empêcher l’arrivée d’un nouveau concurrent sur le marché. Les entreprises peuvent également se livrer à une guerre des prix pour conquérir le marché ou s’entendre entre elles et former un cartel. Le calcul et l’analyse du degré de concentration des marchés permettront de caractériser rapidement la structure des différentes formes de concentration : concurrence, oligopole et monopole.

L’approfondissement des structures de monopole et d’oligopole sera réalisé dans le point 5.2.

Contexte et finalités
Notions
Le degré de concurrence sur un marché dépend du nombre d’entreprises, de leurs stratégies, de l’entrée potentielle de nouveau concurrents, des barrières à l’entrée et de l’existence de produits substituables.
Le prix d’un bien ou service correspond à la valeur à laquelle un échange peut être réalisé. Si le marché est concurrentiel, le prix converge vers le coût marginal de production et sera donc plus avantageux pour le consommateur qu’un prix de concurrence imparfaite ou celui d’un monopoleur.
L’offre et la demande.
Le prix d’équilibre.
L’élasticité prix-demande.
L’élasticité croisée. Le coût marginal.
La concurrence, oligopole, monopole, cartel.
La concurrence imparfaite.
Les barrières à l’entrée.
Les produits substituables, produits complémentaires.
L’indice de concentration sur un marché




Ressources sur le degré de concurrence selon les marchés

Notions
Ressources
Le prix d’équilibre Un jeu proposé par Citeco « Le jeu du mouton »
Le jeu du marché du Mouton est une expérience ludique permettant de comprendre le fonctionnement des marchés et qui démontre la convergence des prix vers un prix d’équilibre.
L’élasticité prix-demande Deux séquences sur Eduscol

- pour comprendre l’impact du prix sur la demande : l’élasticité
séquence élasticité prix demande



- pour calculer, interpréter et mobiliser l’élasticité-prix de la demande : élasticité-prix directe de la demande

séquence élasticité prix directe de la demande
Indice de concentration Une séquence sur Eduscolpour déterminer la concentration des marchés : l’indice de concentration
séquence indice de concentration
La concurrence Une vidéo proposée par Citéco sur la concurrence

Les consommateurs aiment bien les zoupettes. Mais quel est le nombre idéal de producteurs de zoupettes : un seul, quelques-uns ou une infinité ? Et comment ce nombre de producteurs influe-t-il sur le prix de la zoupette et sur le niveau de satisfaction du consommateur ?
Objectif : Comprendre les notions de concurrence parfaite, monopole et oligopole et quatre conditions – rarement réunies dans la réalité- de la concurrence parfaite (atomicité, libre entrée sur le marché, homogénéité des produits et transparence de l’information). À partir de là, se familiariser avec les conséquences de ces diverses structures de marché pour les consommateurs (notamment s’agissant des prix, de la qualité, de l’innovation). Le film aborde également les situations dans lesquelles le législateur intervient pour agir sur le niveau de concurrence dans un secteur d’activité (interdiction ou encadrement des monopoles et oligopoles, monopoles publics, lois sur la propriété intellectuelle…).






Une vidéo proposée par l’université de la Sorbonne : “La concurrence favorise-t-elle le consommateur ?"
par Stéphane Gauthie, professeur d’économie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre associé de PSE – Ecole d’Economie de Paris.




La concurrence, sous l’effet de la main invisible, devrait bénéficier à tous ! Et en particulier aux consommateurs, parce qu’elle pousse les prix d’équilibre à la baisse. Mais en est-il vraiment ainsi ? La concurrence préserve-t-elle réellement notre pouvoir d’achat ? Pas si sûr …
L’équilibre est en effet une situation très particulière sur le marché : l’offre y est égale à la demande, et surtout chaque entreprise anticipe correctement ce que vont faire ses concurrents. En s’appuyant sur des exemples concrets de problèmes posés sur le marché de la téléphonie mobile ou dans le secteur aérien, Stéphane Gauthier nous montre qu’une fusion, voire un monopole, pourrait conduire à des prix plus bas qu’ils ne le seraient avec une concurrence plus forte. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui la concurrence prive les entreprises des clés pour comprendre et prévoir le comportement de leurs concurrents ; elle compromet l’efficacité des décisions qu’elle prend et conduit à un environnement plus versatile. Devrait-on pour autant rejeter toute forme de libéralisation ?
Non ! nous dit-il. Stéphane Gauthier discute les forces et les faiblesses de la concurrence en s’appuyant sur recherches récentes qu’il mène en collaboration avec Gabriel Desgranges.










La suite “La concurrence favorise-t-elle le marché ?"








Recommandations pédagogiques pour le sous-thème 5.2. Les stratégies pour dépasser l’intensité concurrentielle :

5.2. Les stratégies pour dépasser l’intensité concurrentielle

Indications complémentaires - conseils didactiques et pédagogiques : Certains marchés sont peu concurrentiels et tendent vers des situations de monopole ou d’oligopole. Les stratégies d’entreprises peuvent conduire à limiter la concurrence par le biais des ententes (les cartels étudiés en 5.1.), de la différenciation des produits ou de l’innovation. Il convient donc de montrer que dans ces situations de marché (monopole, oligopole), l’entreprise exploite son pouvoir de fixer le prix plus ou moins seule en fonction du degré de concurrence, ce qui conduit généralement à la fixation d’un prix de vente supérieur à une situation de marché en concurrence.
Il est recommandé de présenter ces structures de marchés à partir d’exemples concrets d’entreprises connues des tous les élèves (ex : les GAFAM).

Contexte et finalités
Notions
La concurrence fait disparaître les surprofits de monopole. Certaines entreprises vont alors innover et différencier en qualité leurs produits pour pouvoir conserver des créneaux haut de gamme en termes de produits avec des prix élevés.
Sur le long terme et grâce aux entreprises innovantes mais aussi imitatrices, l’innovation va permettre d’abaisser les prix relatifs des produits innovants (TV, voitures, ordinateurs, etc.). Le consommateur bénéficie de nouveaux
produits meilleurs en qualité et en contenu technologique.
L’innovation,
la différenciation des produits.
Le monopole,
l’oligopole.


Ressources sur les stratégies pour dépasser l’intensité concurrentielle

Notions
Ressources
Stratégies pour dépasser l’intensité concurrentielle Une séquence proposée sur le site [Eduscol->https://eduscol.education.fr/1742/programmes-et-ressources-en-serie-stmg] pour aborder la compréhension des stratégies pour dépasser l’intensité concurrentielle avec un focus sur le concept de monopole. L’objectif sous-jacent de cette séquence est celui du travail sur l’argumentation.
séquence jeu argumentatif GAFAM







Une séquence du CRCOM qui permet d’aborder les questions suivantes : Les moyens de réduire l’intensité concurrentielle. Quels sont les enjeux (intérêts et limites) des différentes stratégies visant à réduire l’intensité concurrentielle ?

Trame CRCOM - L’intensité concurrentielle


Dossier élève CRCOM - L’intensité concurrentielle
La concurrence monopolistique Une vidéo proposée par XERFI Canal, « Comprendre la concurrence monopolistique et les stratégies de différenciation »
C’est à l’économiste américain Edward Chamberlain que l’on doit le concept de « concurrence monopolistique ». Dès 1933, ce dernier exposait en effet des situations de marché à mi-chemin entre la concurrence et le monopole, deux notions pourtant diamétralement opposées. Voyons plutôt.
En situation de concurrence monopolistique, des entreprises rivales proposant des produits ou services substituables cherchent à se signaler aux consommateurs en différenciant leurs offres[...]
Julien Pillot, Comprendre la concurrence monopolistique et les stratégies de différenciation, Une vidéo Precepta Stratégiques









Ubérisation Une vidéo Dessine moi l’économie sur l’ubérisation de l’économie


Texte de la vidéo - l’ubérisation


schéma de la vidéo