Référentiel rénové et examens
Article mis en ligne le 1er février 2021

par Jamila Khaddam-Ellah

Le nouveau référentiel du BTS Tourisme a été présenté lors du plan national de formation du 15 mars 2019 à l’école nationale de commerce à Paris.

Isabelle Souhaib, professeure d’économie gestion en BTS Tourisme au lycée Paul Eluard à Saint Junien a participé au groupe de travail sur la rénovation au côté d’Alain Henriet, inspecteur général en charge du BTS Tourisme.
Suite au séminaire, elle a animé des stages interacadémiques auprès des enseignants de l’académie de Limoges et de Poitiers.
L’ensemble des supports présentés lors de ces stages se trouvent dans la rubrique "ressources pédagogiques".

Documents institutionnels

Comme tous les référentiels de BTS, il contient :

  • Le référentiel des activités professionnelles (champs et domaines d’activités, contexte professionnel)
  • Le référentiel de certification (les blocs de compétences)
  • Les modalités de certification (unités, dispenses, règlement d’examen et définition des épreuves)
  • L’organisation de la formation (grille horaire et stage en milieu professionnel)

Vous pouvez télécharger ci-dessous le référentiel ainsi que le guide d’accompagnement pédagogique :

Référentiel
Référentiel BTS Tourisme
Guide d’accompagnement pédagogique
GAP
Circulaire nationale d’organisation 2021
Circulaire nationale 2021
Annexes à la circulaire
Annexes

Objectifs et cadre de la rénovation du BTS Tourisme

Alain HENRIET, inspecteur général a présenté lors du séminaire national du 15 mars 2019 les objectifs de la rénovation du BTS Tourisme qui sont :

  • S’inscrire dans la logique d’une présentation du référentiel en blocs de compétences.
  • Supprimer la distinction « tourismatique » et « multimédias » en deuxième année pour homogénéiser le bloc « Gestion de l’information touristique ».
  • Actualiser le contenu des savoirs.
  • Prendre en compte une spécialisation sectorielle au travers d’une épreuve facultative.
  • Prendre en compte une immersion professionnelle dans un pays étranger au travers d’une épreuve facultative (stage passe à 14 semaines).

Les objectifs du nouveau référentiel

Le référentiel des activités professionnelles Le référentiel d’activités professionnelles (RAP) est resté stable en ce qui concerne la caractérisation des emplois et des employeurs.

En revanche, les pôles d’activités sont maintenant au nombre de 3 avec le regroupement dans un même pôle 1 (Gestion de la relation de la clientèle touristique) des ex-fonctions 1 (accueil, vente et suivi de clientèle) et 2 (accueil et accompagnement des touristes). Les pôles d’activités 2 (Élaboration d’une prestation touristique) et 3 (Gestion de l’information touristique) reprennent les éléments des ex-fonctions 3 et 4.

Corollairement, la logique des blocs de compétences a conduit à opérer des reclassements de compétences entre les blocs pour donner plus de sens à chaque bloc. Ainsi, ce qui relève de l’utilisation des GDS a été associé au bloc 1 (GRCT) ; de même pour ce qui relève de l’établissement d’un contrat de voyage.
Le référentiel de certification La logique des blocs de compétences a conduit à structurer le référentiel en 7 blocs, à chacun desquels est associée une épreuve : les trois blocs professionnels précités et blocs « supports » : culture générale et expression, communication en langues vivantes étrangères (LVA : anglais et LVB), tourisme et territoires.
Corollairement, l’évaluation transversale des compétences professionnelles au travers de l’épreuve E6 – Parcours de professionnalisation, fondée sur le passeport de compétences et l’étude personnelle encadrée, a été supprimée.

La nature et les modalités des épreuves n’ont pas été modifiées à l’exception de celle correspondant au pôle GRCT : introduction d’une épreuve orale terminale de 45 minutes (à la place du CCF).

Trois épreuves facultatives : l’UF1 de troisième langue vivante est maintenue ; s’ajoutent une épreuve orale UF2 de « parcours de professionnalisation à l’étranger » fondée sur une note rédigée par le candidat et une épreuve orale UF3 de « projet de spécialisation » fondée sur un projet mis en œuvre par le candidat dans un domaine sectoriel, voire fonctionnel, précis.