Enseignement adapté au lycée Paul Eluard de Saint Junien

jeudi 24 juin 2004
par  Frank Robert
popularité : 3%

Un bilan au lycée Paul Eluard de Saint Junien

Education physique pour les élèves déclarés inaptes de l’enseignement commun

L’équipe EPS de l’établissement a été alertée par le pourcentage croissant des élèves contournant avec ou sans raison les épreuves d’EPS aux examens BEP, Bac, Bac Pro. Ce pourcentage oscille sur le département de la Haute-Vienne entre 0% et 20%, sans tenir compte des élèves qui se déclarent inaptes au moment de la saisie Minitel de leur inscription à l’examen.

C’est donc entre 0% et vraisemblablement 33% des candidats qui ne passent pas cette épreuve et qui n’ont pas suivi depuis 1, 2 années ou plus d’enseignement dans la matière.
Ne sont-ils pas, plus que d’autres, les destinataires d’une Education Physique adaptée soucieuse de développer chez eux des pratiques et des envies qui leur permettront de poursuivre une activité physique dans leur vie d’adulte ?

Une action dans ce sens a été engagée, depuis octobre 2002 au lycée P.Eluard, visant à faire diminuer le taux d’élèves inaptes pour les épreuves certificatives en proposant une pratique d’activités de substitution tout au long de l’année.
Tout élève dispensé de pratique commune à la classe pour une durée supérieure à un mois se voit proposer, dès que son état de santé est jugé satisfaisant par l’équipe médicale, 2 séquences d’1heure d’EPS adaptée.
La présence est obligatoire et dispense de la présence aux horaires de la classe, la pratique peut être facultative en fonction de l’état de santé.
Les activités proposées sont : tir à l’arc, jonglage, taï-chi.
Les contenus d’enseignement et les modalités d’évaluation sont élaborés en tenant compte des contenus des nouveaux programmes et des caractéristiques des élèves concernés.
Une orientation sportive compétitive est écartée au profit d’une démarche de découverte et d’accomplissement.
Cette procédure a fait l’objet d’un vote en conseil d’administration et fait l’objet d’un article dans le règlement intérieur. (cf. annexe)

Cette action a été retenue par le Rectorat de Limoges comme action pédagogique innovante.

Elle se déroule sur l’année en 3 phases :

- le mois de Septembre, phase d’information à destination des élèves, de leurs familles et de leurs médecins en étroite collaboration entre le médecin scolaire, l’infirmière, le chef d’établissement et les enseignants d’EPS.
actions : lettre d’information aux familles, réunion avec les élèves, certificat médical spécifique à faire remplir par le médecin traitant, rencontre avec le médecin scolaire pour les cas difficiles

- 2 périodes de pratique durant 1h les lundis et jeudis de 12h à 13h.
-de septembre à mars tai-chi et jonglage
- de mars à mai tir à l’arc

Les élèves sont évalués dans 3, 2 ou 1 APSA selon leurs contraintes de santé et le temps de pratique, des appréciations et des notes sont portées sur leurs bulletins trimestriels. Les compétences acquises dans chaque APSA sont évaluées en fin des 2 cycles de travail, des notes sont transmises pour les différents examens.

Difficultés rencontrées.

La mise en place a été orageuse avec 3 familles. Les raisons invoquées pour s’opposer à la participation de leur enfant ont été : le temps "réduit" laissé pour le repas (40min), le danger des activités au regard du certificat médical produit.
Nous avons pu répondre à ce dernier argument qui cachaient mal le souhait d’éviter 2 heures d’enseignement d’EPS : la dispense de pratique ne dispense pas de la présence en cours pour des tâches annexes et d’un travail de réflexion sur l’activité physique. Les 2 élèves concernées font preuve maintenant d’une bonne assiduité et pratiquent au même titre que les autres.

Victimes de la réussite de notre action, nous sommes quelque peu dépassés par le nombre d’élèves concernés. Les activités choisies et la spécificité des élèves demanderaient un nombre de pratiquants ne dépassant pas 15.

Le succès de l’action dépend de la capacité de communiquer et de s’impliquer de la part des professeurs, de l’infirmière et de la vie scolaire. Les flux d’élèves sont par définition quotidiens : une dispense s’arrête, un autre élève est concerné, un nouvel élève est détecté par son professeur comme récidiviste de courtes dispenses.

Les élèves récalcitrants et ne se présentant pas en cours sont sanctionnés comme le prévoit le Règlement Intérieur pour toute absence non justifiée. Seuls, 3 élèves ont été sanctionnés de 2h de retenue en 8 mois.

L’action pédagogique :

A chaque nouvelle activité, nous voyons poindre chez beaucoup d’élèves la peur de l’inconnu, la peur d’être incompétent, voire ridicule. Mais très vite, le jeu, la découverte, les premiers progrès permettent de dépasser les enjeux que sont le respect de son intégrité physique et la note.

Cet aspect de remise en confiance, de renfort de l’estime de soi dans des activités physiques est essentiel pour ces élèves qui ont souvent dû arrêter toute pratique physique ludique depuis de longues semaines, de longs mois. Leur corps est totalement vécu comme source de handicap et de douleur.
La découverte d’activités physiques et sportives compatibles avec l’état de leur santé est en ce sens
très bénéfique.

Les perspectives :

La procédure de présence et de pratique rentre dans les habitudes des élèves, et nous pouvons espérer que les stratégies de contournement des cours d’EPS en classe ou "spécial inapte" disparaîtront.
En toute logique, le lycée ne devrait compter aucun élève se déclarant inapte lors de l’inscription Minitel, aucun élève non noté in fine pour les différents examens. Les 3 élèves qui pourraient relever d’un de ces cas sont inscrites dans des classes de 2nde.

Cours pour élèves inaptes

Bilan sur 3 ans de fonctionnement :

En 2001-2002, 57 élèves inaptes détectés sur 695 élèves au lycée :
4 ont obtenu une dispense totale annuelle
20 un aménagement avec retour en cours d’enseignement commun
33 des cours pour élèves inaptes

En 2002-2003, 35 élèves détectés :
1 dispense totale annuelle
19 aménagements et retours en cours communs
15 en cours pour inaptes

En 2003-2004, 8 élèves détectés en dehors des classes de 2nde
2 élèves ont démissionné en cours d’année pour manque d’assiduité scolaire
6 sont en cours d’inaptes

Ces chiffres prouvent qu’une volonté commune (chef d’établissement, infirmière, médecin scolaire, vie scolaire et équipe EPS) de lutter contre les inaptitudes de complaisance est efficace.

Pour cette année en cours, les aménagements de menu ou d’épreuve ne peuvent être comptabilisés car les enseignants ont maintenant le souci immédiat de proposer à l’élève concerné une solution qui respecte le protocole de l’épreuve nationale. Seuls les cas insolubles font l’objet d’un signalement et d’une procédure mettant en jeu le service de Santé Scolaire.


Annonces

Plannings des installations sportives de la Ville de Limoges 2019-2020

Pour y accéder, cliquez ici


Programmes Lycée


Baccalauréat professionnel

B.O N°32 : arrêté du 7-7-2015 – J.O. du 28-7-2015 (Bac Pro : unité facultative d’EPS)

Cliquez ICI pour lire l’article


La nouvelle attestation du Savoir Nager

B.O N° 34 du 12 octobre 2017 (attestation du Savoir Nager)

Cliquez ICI pour lire l’article