Rues de Rangoun suite
Rues de Rangoun suite

d) La Birmanie est un PMA

C’est un PMA dont le budget militaire, priorité absolue, consomme l’essentiel des ressources ; les dépenses consacrées à la création de la nouvelle capitale ont mis les finances à sec. Avec un IDH de 0,584, la moitié de la population vit au dessous du seuil de pauvreté. L’espérance de vie est de 56 ans pour les hommes, 62 ans pour les femmes. L’OMS a classé le système de santé birman au 190e rang mondial, sur 191.
Après le coup d’Etat de 1962, la junte a lancé la Birmanie sur la voie du socialisme, et condamné l’essor de l’économie privée en concentrant les secteurs clés du développement économique dans des monopoles d’Etat, dirigés par des militaires à la retraite. En 1988, la junte lançait « la voie birmane vers le capitalisme », sans changement réel de politique, si ce n’est pour attirer des capitaux étrangers. La Birmanie, dont les ressources potentielles sont très grandes, se trouve dans une situation de blocage de son développement pour des raisons essentiellement politiques.