Panorama et orthogneiss de La Roche

Les orthogneiss affleurent largement en gros rochers métriques à plurimétriques de forme ovoïde. Ce sont des roches homogènes à grande échelle, de couleur claire, présentant une foliation N 130 (NE - SW), parallèle à la bordure du bassin de Brive. Outre le quartz, bien visible, parfois disposé en bandes, ces gneiss sont composés de feldspaths potassiques centimétriques, aplatis par la foliation générale de la roche. Les feldspaths potassiques sont associés à d'autres feldspaths (plagioclases) plus petits et à de la biotite assez abondante, disposée en feuillets bien réguliers. Ces orthogneiss résultent de la transformation métamorphique d'un protolithe granitique (ancien granite du Saut du Saumon) mis en place vers 440 Ma. L'homogénéité générale de la roche est un argument fort en faveur de cette origine magmatique (ortho) et non sédimentaire (para).

 

Le débit en boules ovoïdes et non rondes comme dans le cas d'un chaos granitique est dû à des processus d'altération (transformation des feldspaths en argile) et d'érosion (déblaiement plus efficace sur les hauteurs) similaires mais qui ont été guidés par la structure générale de la roche, une foliation très marquée.

 

Cet arrêt permet aussi un très beau panorama sur le bassin de Brive et ses bordures. Vers le nord-ouest, la pénéplaine qui est au niveau 400 m environ, est bien visible, entaillée par les gorges étroites en V de la vallée de la Vézère. Au pied de la table d'orientation, lorsque la vallée débouche sur le bassin de Brive, la topographie incertaine au niveau du lit de la rivière est le signe de la présence d'un cône alluvial souligné par la présence de la zone boisée implantée sur une rivière qui présente soudain de multiples bras et qui déborde sur le bassin proprement dit. Le village du Saillant est disposé exactement à la limite entre socle et bassin sédimentaire : la faille d'orientation N 140 ° E est très visible dans la topographie.

 

Vers l'ouest (en face), le bassin de Brive, présente des pentes plus douces et plus irrégulières car il est inséré dans des formations géologiques moins résistantes en majorité d'âge permien. Le bassin de Brive est structuré par deux surfaces d'égale altitude bien visibles : le plan le plus élevé (tangent au sommet de la butte témoin d'Yssandon ; voir cet arrêt) est à la cote 350. Il correspond aux calcaires et dolomies hettangiennes qui constituent les falaises blanches que l'on aperçoit au loin. Plus bas, un autre plan, faiblement penté vers le sud correspond à une autre surface structurale moins marquée qui recoupe le Permien un peu au dessus du niveau calcaire dit de Saint Antoine.