Canada

mardi 6 février 2007
popularité : 8%

LE CANADA

.

KANATA signifie « village » en langage des indiens Hurons et Iroquois. Le mot s’est transformé par la suite en CANADA...

Population : 32.730.213 habitants
Origines ethniques : 31 % de Français, 61% de Britanniques.
Superficie : 9.984.670 km² (2ème plus grand pays au monde)..
Densité : 3,24 hab/km²
.
. Carte du Canada

Le drapeau

Le rouge et le blanc furent approuvés comme couleurs officielles du Canada en 1921. Chacune ayant représenté tantôt la France, tantôt l’Angleterre, au cours de l’histoire.

La feuille d’érable (maple leaf) est l’un des emblèmes du Canada (en 1700, selon certains historiens, la feuille d’érable faisait déjà figure de symbole canadien !). Son choix est dû à la grande présence des érables au sein du pays et à son utilisation multiple. En effet, les Indiens d’Amérique du Nord avaient déjà découvert les propriétés comestibles de la sève d’érable bien avant l’arrivée des colons européens. On connait par ailleurs la qualité de son bois, recherché pour la parqueterie, la menuiserie, les boiseries d’intérieur, le placage et la fabrication d’ustensiles de bois.

En 1914, tout comme en 1939, de nombreux soldats canadiens arborent sur leur insigne militaire la feuille d’érable...

.

En plus de l’étendard officiel du pays, chaque Province canadienne possède son propre drapeau, celui du Québec étant le plus connu des français :

- le Québec -

.

- les autres Provinces -

L’hymne national

« O Canada » a été proclamé comme hymne national le 1er juillet 1980. La musique est l’oeuvre de Calixa Lavallée, un célèbre compositeur, et les paroles françaises sont de sir Adolphe-Basile Routhier. Avec le temps sont apparues de nombreuses versions en anglais, mais c’est en 1908 que l’on choisi la version composée par Robert Stanley Weir, un juge, comme "paroles officielles".

"O Canada ! Terre de nos aïeux, ton front est ceint de fleurons glorieux !
Car ton bras sait porter l’épée, il sait porter la croix !
Ton histoire est une épopée, des plus brillants exploits.
Et ta valeur, de foi trempée, protégera nos foyers et nos droits.
Protégera nos foyers et nos droits.

O Canada ! Our home and native land ! True patriot love in all thy sons command.
With glowing hearts we see thee rise, the True North strong and free !
From far and wide, O Canada, we stand on guard for thee.
God keep our land glorious and free ! O Canada, we stand on guard for thee.
O Canada, we stand on guard for thee.

(pour écouter l’hymne : http://www.pch.gc.ca/progs/cpsc-ccsp/sc-cs/o-cda.ra)

.

Personnage important de l’histoire du Canada

Jacques Cartier, né le 31 décembre 1491 à St-Malo, est le premier explorateur français à être venu sur les terres qui deviendront plus tard le Canada. Il entreprit 3 expéditions en Amérique du Nord au cours desquelles il ouvrira à la France le continent Nord-Américain par la voie du St-Laurent.

.
.

.
Petites particularités

  • La monnaie canadienne :

Sur les dollars et cents canadiens sont principalement représententés la faune et la flore locale.

  • Les langues officielles

Depuis la fin des annés 60, il y a deux langues officielles au Canada : le français et l’anglais, respectivement les langues de 23,2% et 59,7% de la population. Au Québec, le français est depuis 1977 la seule langue officielle reconnue !

.

Le français est la langue maternelle de 6,6 millions de Canadiens qui vivent principalement au Québec. Il existe néanmoins près d’un million de francophones répartis dans les autres provinces et territoires du Canada, principalement au Nouveau-Brunswick, à l’est et au nord de l’Ontario, ainsi qu’au sud du Manitoba. Dans l’ensemble du pays, le taux de bilinguisme des francophones atteind 41 %, soit un taux presque cinq fois plus élevé que celui des anglophones (9 %).

.

En ce qui concerne la situation de l’anglais : "Le recensement de 1996 nous a révélé que 24,0 millions de Canadiens pouvaient parler l’anglais (84 %), que l’anglais était la langue la plus souvent parlée à la maison par 19,3 millions d’entre eux (68 %) et que 17,1 millions étaient de langue maternelle anglaise (60 %). Le pourcentage de la population ayant l’anglais comme langue maternelle (les anglophones) a très peu varié entre 1951 et 1996. Les chiffres enregistrés depuis 1981 révèlent un léger repli du pourcentage d’anglophones au Canada, mais sans la forte immigration au pays de personnes de langue maternelle autre que le français ou l’anglais, la proportion d’anglophones aurait affiché une progression.

Au Québec, la proportion d’anglophones n’a cessé de fléchir, pour descendre de 14 % en 1951 à 9 % en 1996. Cette situation s’explique dans une large mesure par la migration de la population de langue maternelle anglaise du Québec vers les autres provinces, surtout durant les années soixante-dix.

Le pourcentage d’anglophones varie considérablement d’une province à l’autre. Le Nouveau-Brunswick compte une forte proportion de sa population au sein de chacun des groupes de langue officielle (65 % d’anglophones et 33 % de francophones), tandis que la population du Québec est majoritairement francophone, les anglophones y représentant moins de 9 % des habitants. (...) L’Ontario et les provinces de l’Ouest, où un plus grand nombre d’immigrants se sont établis, comptent davantage d’habitants ayant une langue non officielle comme langue maternelle. C’est pourquoi l’on y enregistre de plus faibles proportions d’anglophones."

.(cf. http://atlas.nrcan.gc.ca/site/francais/maps/peopleandsociety/lang/officiallanguages/mothertongueenglish/1)

..

  • Fêtes et célébrations importantes

* La Fête Nationale, aussi appelée "Fête du Canada" a lieu tous les 1er juillet.

"Le 20 juin 1868, une proclamation signée par le gouverneur général, lord Monck, enjoignait à tous les sujets de Sa Majesté, partout au Canada, de célébrer ensemble, le 1er juillet, jour anniversaire de l’union des provinces en une fédération appelée Canada, en vertu de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique. (...) Une loi fédérale de 1879 fit du 1er juillet un jour férié sous la désignation de « jour anniversaire de la Confédération » (plus tard « fête du Dominion").

Depuis 1958, le gouvernement organise annuellement la célébration de la fête nationale du Canada, dont il confie la coordination au secrétaire d’État du Canada. Le déroulement habituel prévoit un salut au drapeau l’après-midi dans les parterres de la colline du Parlement, une cérémonie du crépuscule pendant la soirée, suivie d’un concert de musique militaire et de feux d’artifice. (...) Depuis 1968, un grand spectacle multiculturel et professionnel est présenté sur la colline du Parlement. Ce concert est télédiffusé dans tout le pays. (...) Depuis 1985, des comités de la fête du Canada existent dans chaque province et territoire, avec mission de planifier, d’organiser et de coordonner les célébrations locales. Le Ministère fournit des subventions à ces comités."

(Plus d’infos sur : http://www.pch.gc.ca/progs/cpsc-ccsp/jfa-ha/index_f.cfm)

.

* La Fête de la Reine a lieu les 24 mai de chaque année (ou le 25 mai si le 24 tombe un dimanche). C’est officiellement un jour férié depuis 1845. Il célèbre l’anniversaire de la naissance de la Reine Victoria.

* Le jour d’Action de grâce (= Thanksgiving) a lieu le second lundi du mois d’octobre.

* Le Bal de Neige, ou Winterlude, est un festival ayant lieu tous les ans en hiver, depuis 1978, sur le Canal Rideau à Ottawa. C’est la plus importante fête hivernale d’Amérique du Nord.

"Patinez sur la patinoire du canal Rideau, la plus grande patinoire au monde en plein coeur d’Ottawa. Émerveillez-vous devant des sculptures scintillantes faites de glace ou de neige, ou encore, bougez aux rythmes explosifs de la Scène nordique. Nos mascottes, les membres de la famille Glamotte, vous attendent dans la région de la capitale du Canada (...)."

(Site officiel : http://www.canadascapital.gc.ca/bins/ncc_web_content_page.asp?cid=16297-16298-22877&lang=2&bhcp=122877&lang=2&bhcp=1 )

.

  • Un peu d’humour canadien...

Molson, une célèbre marque de bières canadiennes, a diffusé à la télévision une série de publicités hilarantes dont la plus célèbre met en vedette un jeune homme clamant sa fierté d’être Canadien. Au passage, il démolit de nombreux clichés que les Américains associent souvent au Canada. "Je ne suis pas un bûcheron", dit-il, "ni un marchand de fourrures. Je n’habite pas dans un igloo." La fin du message est une sorte d’envolée patriotique où il affirme : "Le Canada est le premier pays du hockey et la meilleure partie de l’Amérique du Nord. Mon nom est Joe et je suis Canadien !" .
Cette publicité, qui a gagné de nombreux prix, a eu tellement de succés qu’elle est fréquemment reprise au début des matches de football ou de hockey. Elle a aussi été déclinée et adaptée à la mode d’autres pays (notamment en Australie lors des Jeux Olympiques de 2000, par la marqiue de bières australiennes Foster !)

"Hey, I’m not a lumberjack, or a fur trader.... I don’t live in an igloo or eat blubber, or own a dogsled.... and I don’t know Jimmy, Sally or Suzy from Canada, although I’m certain they’re really really nice. I have a Prime Minister, not a president. I speak English and French, not American. And I pronounce it ’about’, not ’a boot’. I can proudly sew my country’s flag on my backpack. I believe in peace keeping, not policing, diversity, not assimilation, and that the beaver is a truly proud and noble animal. A toque is a hat, a chesterfield is a couch, and it is pronounced ’zed’ not ’zee’, ’zed’ !!!! Canada is the second largest landmass ! The first nation of hockey ! And the best part of North America !!! My name is Joe !! And I am Canadian !!!"

(pour voir la publicité : http://www.youtube.com/watch?v=Dzn0UiiOYLs)

  • Divers...

* Autre symbole du pays, les «  Mounties  », police montée créée en 1874 par le 1er Ministre de l’époque, Sir John A. Mc Donald. Ces policiers à cheval étaient chargés de faire respecter l’autorité dans les territoires encore sauvages de l’Alberta et du Saskatchewan. Ces "tuniques rouges" furent chargés de faire appliquer l’ordre, de lutter contre la contrebande de whisky et de rétablir les relations amicales avec les Indiens.

* Enfin, comment ne pas parler des fameuses Sucreries ou Cabanes à Sucre (sugar shacks) ??? Ces deux expressions québécoises désignent des "érablières", des installations acéricoles où l’on récolte la sève des érables pour la transformer en sirop.

Très nombreuses au Québec, les sucreries reçoivent frequemment des visiteurs qui sont alors conviés, entre autres activités "traditionnelles", à goûter des produits faits à partir du sirop récolté : tirettes (sortes de sucettes roulées sur de la glace), sauces, coulis, alcools...

La plus célèbre des sucreries (et surement la plus merveilleuse, mais ce n’est que mon opinion personnelle ;-)) est celle de Pierre Faucher, "La Sucrerie de la Montagne" à Rigaud, en sortie de Montréal : http://www.sucreriedelamontagne.com/


Documents joints

I'm Canadian