COVID 19 - Continuité pédagogique

dimanche 15 mars 2020
par  Sandrine MAUD
popularité : 19%

Mesdames, Messieurs,
Chers collègues,

Suite à la décision de fermer les établissements d’enseignement au public scolaire, il importe pour chacune et chacun d’entre nous de construire des modalités nouvelles de suivi et de continuité pédagogiques avec nos élèves.
Chaque enseignant sera ainsi amené à interagir avec ses élèves afin de poursuivre son enseignement, soit prioritairement par télétravail soit en présentiel selon les modalités définies avec les chefs d’établissement.

ETAPE 1

Il convient, tout, d’abord de définir un outil permettant de rester en contact avec les élèves

1. Privilégiez un moyen de communication simple, c’est-à-dire que vous maîtrisez déjà ou que vous serez en mesure de prendre en main très rapidement.
 Chaque enseignant pourra utiliser les solutions numériques habituelles mises en œuvre pour le suivi pédagogique de ses élèves (ENT départemental ou lycée connecté, solution de suivi des classes et des élèves type Pronote, etc.). Vous pourrez ainsi joindre des fichiers et/ou des liens.
 L’utilisation des adresses électroniques des élèves est également possible. Je vous conseille d’utiliser votre adresse électronique professionnelle pour les divers échanges.
 Certains collègues, ayant participé au stage sur le travail hors la classe ont travaillé avec des outils numériques tels que learning apps, jeux pédago. N’hésitez pas à utiliser ces outils s’ils sont dans vos habitudes de travail et dans celles de vos classes. Si vous ne les utilisez pas à l’heure actuelle, les formalités d’inscription des élèves et la prise en main d’un nouvel outil n’apparaît pas comme une solution opérante à court terme.

A travers ces outils peuvent être développées des possibilités :
 de mise à disposition de documents de travail pour les élèves (cours, documents de travail initialement envisagés dans le cadre d’activités de classe, exercices d’application) ;
 d’indiquer le travail attendu des élèves en distribuant les consignes, y compris de façon différenciée en fonction des profils d’élèves ;
 de lancer des activités sortant de la simple transposition à distance de ce qui était initialement envisagé en présentiel : recherches sur supports numériques, exploitation de données de sites Internet au préalable vérifiés par l’enseignant, etc.

Des ressources de travail nationales sont et seront également proposées, en particulier par le CNED à travers son application « ma classe à la maison » :
- pour le collège : college.cned.fr
- pour le lycée : lycee.cned.fr
A partir de cette application, il est possible de mettre en œuvre des classes virtuelles, notamment pour travailler à distance avec de petits groupes d’élèves (par exemple pour envisager des stratégies de remédiation, d’approfondissement).

2. Etablir un calendrier de travail et le communiquer aux élèves
 Il serait opportun d’envisager pour une même classe une coordination, souple mais réelle, entre enseignants de telle manière à équilibrer la charge de travail pour les élèves. L’emploi du temps actuel des élèves pourra être une base de travail de départ, à envisager avec vos chefs d’établissement.
 Il convient de garder à l’esprit qu’une famille peut regrouper plusieurs enfants et que chacun d’entre eux n’aura en conséquence pas un accès illimité à l’ordinateur familial. Il est donc conseillé de privilégier également des phases de travail à partir de documents disponibles dans leur version papier après impression, à partir d’outils préalablement distribués en classe, du cahier, du manuel, etc.
 Il est important de repérer les élèves dont les familles ne sont pas dotées d’appareils numériques ou d’un accès à l’internet et de convenir avec eux, en lien avec l’établissement et l’équipe éducative, des modalités de travail possibles. Il est important d’envisager la mise à disposition de supports papier pour ces derniers, par exemple, et en fonction de modalités de transmission définies en établissement, en délivrant des documents aux parents ou en réceptionnant des travaux d’élèves une ou deux fois par semaine. De ce fait la construction des documents de travail destinés aux élèves doit permettre la réalisation de photocopies.

Je sais que le distanciel est loin d’être idéal, notamment en langues vivantes mais nous nous devons d’accompagner au mieux nos élèves.

ETAPE 2

Il conviendra de définir un scénario d’apprentissage à distance dans une perspective actionnelle

Au cours des travaux menés à distance, les élèves seront confrontés à des supports authentiques en réception (compréhension de l’oral et/ou de l’écrit) pour aboutir à une production (orale ou écrite, individuelle ou collaborative).

Exemple A – Compréhension écrite > production écrite
▪ Envoi aux élèves du support de compréhension écrite accompagné de consignes de repérages et de construction du sens et d’une consigne de production écrite en lien avec le support
▪ Envoi du travail de l’élève au professeur (via l’outil de communication sélectionné par le professeur)
▪ Renvoi par le professeur de la copie annotée à chaque élève (en utilisant par exemple « insertion » > « commentaire »)
▪ Allers-retours successifs du document entre enseignant et élève (à charge pour l’élève de suivre les conseils donnés pour enrichir, s’auto-corriger, compléter, reformuler). L’envoi d’un corrigé générique et/ou d’extraits de réalisations satisfaisantes d’élèves peut accompagner cette approche individualisée.

Exemple B – production écrite sous forme collaborative avec l’usage d’un éditeur de texte collaboratif tel que l’application Framapad
▪ Création par le professeur d’un document support par groupe de travail (comprenant à minima la consigne en référence à un document travaillé en amont)
▪ Production écrite collaborative
→ L’avantage est l’entraide permise. Cela permet de fonctionner par groupes de besoin et de limiter le temps de lecture pour le professeur (une production par groupe, pas de copie individuelle). Cela implique de réfléchir en amont au regroupement que l’on définit.

Exemple C – compréhension orale > expression orale via l’enregistrement d’un fichier audio
Comme pour l’exemple A, on peut envisager des allers-retours entre enseignant et élève pour conseils et améliorations. Dans ce cas, l’enregistrement de départ est réalisé par l’élève.

Exemple D – expression orale en interaction à partir d’une classe virtuelle et/ou du téléphone
Ce type d’activité nécessite la disponibilité des interlocuteurs au même moment sur un créneau défini (enseignement synchrone appelé ‘classe virtuelle’). Il peut s’agir de petits groupes d’élèves répartis par besoins.

Je reste à vos côtés dans ces circonstances inédites et complexes. N’hésitez pas à me contacter si besoin. La continuité pédagogique vaut aussi dans le cadre de la relation enseignants/inspecteurs.
Au-delà de cette continuité pédagogique souhaitée, je n’ignore pas les préoccupations plus particulières des enseignants de lycée quant à la tenue des examens et notamment des épreuves de CO prévues dans les prochains jours. Dès que je disposerai d’informations à ce sujet, je ne manquerai pas de vous les communiquer.

Je vous remercie très sincèrement de votre aide et je vous souhaite bon courage.

Prenez soin de vous.
Très cordialement,

Sandrine Maud


Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 3 juillet 2020

Publication

319 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
19 Auteurs

Visites

11 aujourd’hui
40 hier
223778 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés