La méthode "on/off" ou comment savoir faire la part des choses
Article mis en ligne le 21 juin 2009
dernière modification le 29 novembre 2009

PREMIERS CONSEILS / TIPS



A- Quelques remarques générales sur le public de SEGPA :


Les enfants viennent souvent d'un milieu social défavorisé, les situations familiales sont la plupart du temps difficiles. Ils manquent de repères, et il est généralement impossible d'avoir l'appui des familles.

Il y a souvent un mélange des genres et des ethnies, ce qui peut être délicat à gérer. Le public est très riche et varié : certains élèves sont très proches des élèves les plus faibles des classes traditionnelles, d'autres sont à la limite du handicap mental, d'autres encore sont dyslexiques et cela ajoute encore à la difficulté d'apprendre l'anglais.

Les élèves connaissent des difficultés cognitives diverses et sont dans l'ensemble en rupture avec le système scolaire.

On peut noter également un fort absentéisme, rendant le suivi de ces élèves problématique.

En 4ème et 3ème, bien que bénéficiant de stages à dates fixes, certains élèves, dans le cadre d'un accompagnement individuel et personnalisé, peuvent être amenés à partir en stage à n'importe quel moment de l'année, pour des durées plus ou moins longues, ce qui rend aussi toute progression délicate.

Il faut être vigilant sur le respect des effectifs: l'effectif légal ne devrait pas excéder 16 élèves par classe. Dans le cas contraire des dédoublements sont souhaitables.


B- Les difficultés des élèves de SEGPA : citons-en quelques-unes :


-d'ordre cognitif:

  • faible capacité de concentration

  • mémorisation à très moyen terme

  • problèmes de compréhension

  • problèmes de graphie

  • difficultés de lecture

  • difficultés à s'exprimer à l'oral ....

(... déjà dans la pratique de la langue maternelle !!)


-d'ordre scolaire:

  • peu ou pas d'appétit pour le domaine scolaire

  • ne savent pas travailler en autonomie

  • difficultés à comprendre et appliquer des consignes

  • difficulté à respecter des règles de vie ...


A cela s'ajoutent des difficultés psychologiques diverses et variées, la principale est une très

faible estime de soi.


C- Quelques conseils:


Il faut faire le deuil d'un enseignement traditionnel de type collège et privilégier la sphère de l'affectif et de l'éducatif plus que celle du cognitif. Au début, les objectifs doivent rester modestes et réalisables. Il ne faut pas hésiter à parler et à expliquer les consignes en français. Le « tout anglais » est utopique au début. On peut y parvenir lorsque l'enseignant acquiert de la pratique et garde le suivi des classes, il peut alors avoir davantage d'ambition.

Il ne faut pas hésiter à se tourner vers les enseignants de Segpa pour leur demander des conseils et leur soutien. Le mieux est de s'intégrer le plus possible, afin que les élèves nous perçoivent comme faisant partie intégrante de l'équipe pédagogique; et si possible assister aux réunions de synthèse organisées par ces enseignants et les directeurs de Segpa.

La méthode on/off* ou comment savoir faire la part des choses:


L' équilibre dans une classe de SEGPA est fragile. Les enfants connaissent souvent des situations extérieures tellement pénibles à vivre que l 'école est la dernière de leurs préoccupations. Être attentif et productif en classe leur est difficile. En même temps, et ce paradoxe est important, l'école est un lieu qui leur offre un cadre structurant et apaisant.

Un enseignant en SEGPA doit apprendre à faire la part des choses et être capable de renoncer à son objectif lorsqu'il sent que les élèves / ou l'élève est en situation de blocage. Il ne doit pas aller au conflit. Il s'agit de gérer l'ici et le maintenant.


Lorsque tous les voyants sont au vert, il faut avancer au maximum dans ses objectifs!!!les débuts de matinée sont généralement plus propices à l'enseignement...

Il ne faut pas chercher le rendement à tout prix mais laisser le temps à chacun de faire les activités, et en proposer de différentes afin que les élèves ne soient pas maintenus dans une situation d'échec : s'ils n'arrivent pas à faire une activité, il vaut mieux en proposer une autre peut être plus simple, ou différente, quitte à reprendre la première plus tard. Pour tous niveaux, il faut donc prévoir une batterie d'exercices, d'activités, et de jeux, pour pallier les décrochages.

Il faut que les élèves gardent du goût pour l'anglais, et la priorité nous semble être de les ouvrir autant que faire se peut à une culture différente de la leur. Il importe en effet de les éduquer à la différence et la tolérance.

Il faut aussi relativiser et se déculpabiliser : ces élèves ne deviendront pas des agrégés d'anglais !


Huit points de base sur la gestion classe :


  • Demander un matériel simple à gérer : un cahier ( grand format ) suffit.

  • Limiter les devoirs genre exercices à faire à la maison, et envisager qu'ils ne soient pas faits dans la plupart des cas. Le degré d'exigence peut varier selon les situations et la progression dans l'année.

  • Limiter l'écrit au maximum, mais néanmoins construire avec eux une trace écrite dans le cahier.

  • Privilégier les activités ludiques avec les 6èmes / 5èmes ( jeux de rôles, lotos, wordsearches...) mais ça marche aussi avec les plus grands!

    Ne pas négliger les ressources en ligne, soit pour le collectif , soit en individuel. ( si on peut , et que l'on est équipé )

  • Alléger l'heure en prévoyant des jeux ou un extrait de vidéo ( film , vidéo culturelle etc...) Pour nous aussi , ça fait du bien...

  • Privilégier l'évaluation positive pour les valoriser.

  • Mettre en place si nécessaire une « fiche contrat », pour pallier l'oubli du matériel et pour certaines règles de vie de classe simples, comme par exemple le respect de la prise de parole en groupe.



    D - En conclusion....Le positif :

En SEGPA , même si nous devons nous rapprocher des contenus du socle commun, nous n'avons pas de programme , ce qui nous laisse une certaine latitude, notamment dans la mise en place de projets pluri - disciplinaires. Le fait de travailler au sein d'une équipe soudée permet de trouver des points d'appuis, de mieux gérer certains conflits. Travailler avec ces élèves facilite notre capacité à remettre en cause nos pratiques. Ces élèves marchent à l'affectif et sont souvent attachants. Même si parfois on peut avoir l'impression de ne pas progresser, de ne pas avancer, il faut savoir que notre impact n'est pas immédiat, mais que beaucoup de choses, pour ces élèves là, se mettront en place intellectuellement et socialement plus tard et parfois dans leur vie d'adulte.


* définie par Jean Pierre Bordas, ancien Directeur - adjoint de SEGPA