Thème 3 - Les organisations et la société
Article mis en ligne le 15 janvier 2021
dernière modification le 9 février 2021

par Jamila Khaddam-Ellah

THEME 3 - Les organisations et la société

Cette page contient un ensemble de recommandations pédagogiques pour traiter le thème 3 du programme d’enseignement commun de terminale STMG de la spécialité MSDGN ainsi que des liens vers des ressources pédagogiques.

(N.B : L’épreuve écrite terminale du mois de mars porte uniquement sur les trois thèmes du programme d’enseignement commun. L’enseignement spécifique fait l’objet d’une évaluation au mois de juin lors de l’épreuve du grand oral.)



Objectifs pédagogiques : Ce thème a pour objectif de montrer que les organisations, qui ont leurs propres buts, sont intégrées dans un environnement économique, écologique, socio-culturel, politique, numérique et institutionnel, et sont, de ce fait, traversées par des attentes et des contraintes qu’elles doivent prendre en compte. Symétriquement, les choix des organisations, leurs logiques d’action, les méthodes et outils qu’elles utilisent, façonnent la société dans toutes ses dimensions. Le management prend en considération ces interdépendances. L’élève doit comprendre que les rapports sociaux entre les individus et les organisations se construisent au gré de ces influences réciproques.

La prise en compte des interactions de l’organisation et de la société conduit l’élève à :

  • analyser les évolutions des modes de vie et de consommation à prendre en compte par le management des organisations ;
  • décrire l’apport des technologies numériques aux relations entre les organisations et les citoyens ;
  • distinguer les diverses les relations existantes entre une organisation et son écosystème ;
  • préciser les enjeux éthiques de l’activité d’une organisation, d’une entreprise.

Dès que possible, les notions étudiées sont replacées dans leur contexte historique et géographique, afin de permettre à l’élève de comprendre qu’elles dépendent de l’ancrage sociétal et territorial.



THEME 3 - Les organisations et la société

Pour chaque sous-thème vous trouverez ci-dessous :

  1. Le programme avec le contexte et les finalités de chacun d’entre eux.
  2. Des ressources pédagogiques.



3.1. Les organisations peuvent-elles s’affranchir des questions de société ?



La monographie O’TERA proposée sur le site Eduscol permet de traiter chaque question du programme de spécialité management sciences de gestion et numérique.

La démarche pédagogique est explicitée dans la page dédiée aux conseils didactiques et pédagogiques (cliquer sur ce lien pour rejoindre la page "Enseigner le MSDGN").


Vous trouverez ici les questions et les annexes relatives à la question de gestion 3.1. Les organisations peuvent-elles s’affranchir des questions de société ? :

Dossier élève
support O’Tera sous thème 3.1
Dossier professeur
Attendus pédagogiques O’Tera


Programme sous-thème 3.1 :

Contexte et finalités
Notions
L’objectif n’est pas ici de procéder à une analyse théorique de la notion d’éthique. Il s’agit d’en donner une définition élémentaire et de rappeler les événements à l’origine du
questionnement éthique dans les organisations (pratiques de corruption, grandes affaires financières, etc.). Il s’agit aussi, par l’étude d’exemples concrets, de montrer que l’action d’une organisation peut :

  • soulever des questions d’ordre éthique lorsque sa sincérité peut être questionnée
  • (lobbying, green washing, social washing, etc.) ;
  • permettre de lutter contre des pratiques posant des questions d’éthique : atteinte à la vie privée ou à la dignité, discriminations au travail (mesures en faveur de l’égalité femmes-hommes, contre les discriminations raciales, pour la diversité, pour la prise en compte du handicap, etc.) ;
  • contribuer à diffuser une image transparente de son activité, notamment par une information financière fiable.



La notion de parties prenantes, étudiée en classe de première, est ici mobilisée pour montrer que l’éthique entre nécessairement en jeu.
L’étude de documents de communication, de cas concrets de litiges, permet de révéler les préoccupations sociétales de tout type d’organisation et d’analyser leurs traitements.

Au-delà de ses propres buts, une organisation peut intégrer des préoccupations civiques :

  • en partageant des valeurs humanistes et en participant à des œuvres conduites avec des partenaires de son écosystème engagés dans des actions d’intérêt général ;
  • en développant la démocratie participative en son sein ;
  • en tenant compte des évolutions des comportements de certaines de ses parties prenantes.



Des exemples de pratiques d’organisations permettent d’illustrer ces éléments avec les élèves. Des projets, enrichis d’une dimension juridique, peuvent être élaborés pour montrer comment toute organisation est exposée à des questions de société dans le cadre de son activité.

Éthique : définition et origine.

Déontologie.

Éthique dans les affaires.

Éthique dans les organisations
non gouvernementales,
organisations gouvernementales
et territoriales.

Principes de la normalisation
comptable et information financière,
transparence des pratiques.

Lutte contre les discriminations
dans les relations de travail,
égalité hommes femmes

Organisation civique :
mécénat,
démocratie participative

Ressources pédagogiques sous-thème 3.1 :


Notions
Ressources
Ethique dans les affaires Une vidéo sur la notion d’éthique des affaires (ou Business Ethics) proposée par AUNEGE.
L’éthique "regroupe l’ensemble des règles, des normes, des codes ou des principes qui orientent les comportements vers plus de moralité et de véracité dans chaque situation rencontrée" (Lewis, 1985). Cette théorie s’est développée aux Etats-Unis dans la première partie du vingtième siècle. Elle est née suite à la volonté de certains groupes de personnes de ne pas investir dans des entreprises qui produisent des biens dont ils ne souhaitaient pas favoriser le développement (l’alcool, le tabac, etc.). Ce sont les prémices de l’ISR l’Investissement Socialement Responsable. L’éthique des affaires, répond donc à une logique utilitariste : refuser de faire du profit au détriment de ses valeurs. Cela se traduit concrètement dans les entreprises par des systèmes tels que les comités d’éthique, les systèmes d’alerte éthique ou les chartes éthiques.






Un article publié par le CREG sur le management éthique des firmes multinationales
Au 21e siècle, les firmes multinationales se caractérisent notamment par le fait qu’elles produisent un grand nombre de leurs biens à l’échelle mondiale en fragmentant la chaîne de valeur. Cela signifie que les diverses opérations de conception, de logistique, de production et de services nécessaires à la fabrication d’un produit final peuvent être réparties à travers un grand nombre de pays. La responsabilité sociale et sociétale des firmes envers les différents acteurs internes et externes semble engagée dans le processus de production même si cela n’est pas toujours aisé à prouver. Pour l’ensemble des firmes, la mise en place de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), passe notamment par un management éthique et génère pour l’ensemble des parties prenantes des enjeux parfois ambivalents. Une entreprise peut notamment mettre en place un management éthique grâce à un système de bonnes méthodes de gouvernance, formalisé, avec l’utilisation de différents « outils » tels que les codes de bonnes conduites. Dans une démarche de RSE, les firmes doivent également prendre en compte les parties prenantes externes telles que les Etats, les clients, les institutions internationales ou les ONG jouant un rôle complémentaire, aboutissant à une performance sociale et économique.

Ethique dans les multinationales
Ethique dans les ONG Un article illustratif "Deux Français réinventent la mode éthique en aidant les travailleuses du textile en Inde"
à consulter ici.

Alors que dans le monde de la mode et du textile, on a le sentiment qu’un scandale en remplace un autre, certains essayent de se tourner vers des modèles économiques plus éthiques et durables. Associés depuis trois ans à l’ONG indienne SSMI, qui soutient les femmes en leur donnant un travail justement rémunéré dans un pays où ces dernières sont victimes de nombreuses discriminations, Pierre et Julien se sont lancés dans la production de sacs à dos qui respectent les droits des travailleurs où qu’ils se trouvent. Les deux jeunes, respectivement âgés de 26 et 25 ans, se sont rencontrés à Toulouse avant de se lancer dans ce projet intitulé « Packka ». À l’occasion de la prévente de leurs nouveaux modèles de sacs confectionnés par SSMI, ils nous expliquent leur démarche et les fondements de leur engagement.

Vidéo de l’interview :



Une conférence de la Fondation Croix Rouge "Ethique, valeurs et principes de l’action humanitaire





Principes de normalisation comptable Une séquence pédagogique sur la normalisation comptable (ancien programme de gestion finance) avec une activité de synthèse qui permet de travailler l’argumentation.

Support élève
Support professeur
diaporama
Activité de synthèse
Lutte contre les discriminations Un article sur le site du CREG sur le management de la diversité dans les organisations.
En France, comme dans de nombreux autres pays européens, la diversité est désormais une approche managériale qui fait partie du discours stratégique des dirigeants. Même si cette approche recouvre différentes logiques, elle nécessite la mobilisation de tous dans un objectif de justice sociale. L’encadrement juridique de la lutte contre les discriminations a été un déclencheur de pratiques managériales orientées vers la promotion de la diversité. Cette diversité, qui reflète notre société, constitue un enjeu économique et sociétal pour les entreprises. Dans les organisations modernes, dont les frontières sont de plus en plus élargies, manager la diversité est une évidence, un fait auquel elles sont confrontées. Comment font-elles pour réagir ?

Management de la diversité
Egalité hommes-femmes Une vidéo sur le site du ministère du travail et de l’emploi qui présente l’index de l’égalité professionnelle hommes-femmes

Pour parvenir à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel soumet les entreprises à une obligation de résultat en créant l’Index de l’égalité professionnelle Femmes-Hommes pour mesurer où en sont les entreprises sur le plan de l’égalité professionnelle en agrégeant plusieurs indicateurs.



Les données l’Index égalité professionnelle F/H publié par les entreprises de plus de 1000 salariés sont accessibles sur le site du ministère.

Dossier de presse Ministère du travail
Index égalité professionnelle : les meilleures entreprises 2020
Démocratie participative Un dossier complet surCitego : Cités, territoires et gouvernance
Quelle que soit la dénomination qui lui est attribuée – participation des habitants ou des usagers, démocratie participative, démocratie délibérative, etc. -, l’idée de l’intervention directe des citoyens dans le champ de la décision politique s’impose de plus en plus.

Cette progression continue de la thématique participative, qui a même constitué l’une des nouveautés dans les débats de l’élection présidentielle française de 2007, s’appuie d’abord sur des initiatives concrètes en France et à l’étranger. En France, on assiste depuis une quarantaine d’années à une multiplicité et à une diversité d’expériences dans ce sens, plus ou moins formalisées : ateliers populaires d’urbanisme, conseils de quartiers, organisation de panels «  experts-usagers  », ou création officielle en 2002 d’une Commission nationale du débat public (CNDP). Une très grande partie de ces expériences participatives se déroulent dans le domaine de la gouvernance urbaine. A l’étranger, le Brésil (budget participatif), les pays du Nord de l’Europe (conférences de consensus) ou l’Allemagne (jurys citoyens) sont plus avancés encore dans les démarches de participation citoyenne à la gestion des affaires publiques.

Mais s’agit-il de mouvements sporadiques ou pérennes  ? D’initiatives périphériques ou centrales vis-à-vis de la démocratie représentative, seules à détenir la légitimité du suffrage universel dans nos démocraties  ? Surtout, l’apport de la démocratie participative, sous des modalités à débattre, est-il indispensable  ? Ou correctif uniquement, lorsque la démocratie représentative ne remplit pas correctement ses fonctions  ?

Un MOOC sur la démocratie participative proposé par Fun Mooc.

Ce MOOC vise à apporter un regard critique sur les concepts et les dispositifs de la démocratie participative, en soulignant leurs limites et les débats qu’ils suscitent à partir de cas d’études et de témoignages d’acteurs. Les ressources sont en accès libre.

Il propose au participant de replacer la démocratie participative au cœur de la transformation de l’action publique. Le choix a été fait de donner la parole à une diversité d’intervenants, permettant ainsi de mettre en lumière différents points de vue sur la nature de la démocratie participative, les objectifs et les limites des dispositifs, ainsi que les pistes d’action. Chaque séance présente des éléments de contexte et précise des notions clés, pour aborder par la suite les modes de fonctionnement des dispositifs et leurs implications pour les praticiens. Des interviews d’acteurs et des études de cas permettent d’illustrer les propos des intervenants.

La première séance s’intéresse aux origines de la démocratie participative et aux principaux débats qu’elle suscite au niveau international. La deuxième et la troisième séance s’intéressent aux transformations de l’action publique et au rôle joué par la participation citoyenne dans ces processus, notamment en ce qui concerne la fourniture des services publics. La séance quatre s’intéresse au cas particulier de la participation citoyenne dans l’action publique urbaine, alors que la séance cinq aborde la question de la démocratie technique et de la recherche participative. La séance six s’intéresse aux effets de l’évaluation citoyenne de l’action publique, revenant particulièrement sur des cas d’étude latino-américains. La séance sept propose de s’intéresser aux limites des démarches participatives en France et propose des pistes d’action pour les dépasser inspirées d’initiatives citoyennes.








3.2. Les changements des modes de vie s’imposent-elles aux organisations ?


La monographie O’TERA proposée sur le site Eduscol permet de traiter chaque question du programme de spécialité management sciences de gestion et numérique.

La démarche pédagogique est explicitée dans la page dédiée aux conseils didactiques et pédagogiques (cliquer sur ce lien pour rejoindre la page "Enseigner le MSDGN").


Vous trouverez ici les questions et les annexes relatives à la question de gestion 3.2. Les changements de modes de vie s’imposent-ils aux organisations ? :

Dossier élève
support O’Tera sous thème 3.2
Dossier professeur
Attendus pédagogiques O’Tera


Programme sous-thème 3.2 :

Contexte et finalités
Notions
Il convient d’ancrer les organisations dans leur contexte sociétal et de montrer qu’elles connaissent des transformations du fait des évolutions des rapports sociaux. Ces tendances ont un impact sur leur organisation et leur management.

Par la mobilisation d’outils numériques et multimédia, peuvent être étudiés, à titre d’exemple

  • les nouveaux comportements sur le lieu de travail : rapport à la hiérarchie, modes d’organisation du travail (augmentation du travail indépendant, télétravail), équilibre vie privée / vie professionnelle) ;
  • les nouveaux comportements de consommation : développement de plateformes d’intermédiation,
  • consommation à la demande, économie de la fonctionnalité (offre produit-service), économie collaborative, économie du partage, glanage, consommation responsable, mouvement locavore, anticonsumérisme ;
  • les enjeux de la vie connectée : objets connectés, hyper-connectivité, droit à la déconnexion, etc.



Les réponses apportées par les organisations à ces mutations sont approfondies dans le cadre des enseignements spécifiques.

Rapport au travail :
temps, lieu, mode d’organisation.

Modes de consommation.

Ressources pédagogiques sous-thème 3.2 :


Notions
Ressources
Rapport au travail Un dossier sur le site du ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion sur le télétravail

Les ordonnances pour le renforcement du dialogue social ont simplifié le recours au télétravail pour les entreprises et leurs salariés. Le télétravail est facile à mettre en place pour les entreprises et facile à demander pour les salariés
61% des français aspirent au télétravail, pourtant, il n’est une réalité que pour 17% d’entre eux. C’est pourquoi, le Gouvernement a créé un droit au télétravail pour les salariés français dans la loi pour le renforcement du dialogue social.

Avec une vidéo :



Une vidéo Xerfi Canal « Abolir temporairement la hiérarchie pour être efficace ».



Une vidéo des JECO : La pandémie a-t-elle vraiment changé nos modes de vie ? Conférence organisée le 17 nov 2020

La pandémie de COVID-19 et les mesures de confinement auxquelles elle a donné lieu ont bouleversé drastiquement nos modes de vie et de travail pendant plusieurs mois, avant de déboucher sur une crise économique et sociale majeure. Certains ont pu découvrir à cette occasion de nouveaux modes d’organisation du travail, d’autres ont perdu leur emploi et doivent se reconvertir. Avec le développement du télétravail, la demande immobilière peut se réorienter vers des biens plus éloignés des centres urbains et les attentes vis-à-vis d’un emploi ou d’un salarié se modifient. Au-delà des déclarations d’intention de changement, quelle est la profondeur des transformations en cours et quels nouveaux problèmes posent-elles ?

Lors de cette session seront évoqués les changements de la demande sur le marché immobilier, les transformations des attentes des demandeurs d’emploi et des recruteurs, ainsi que les nouveaux enjeux pour l’organisation du travail en termes de coopération entre les salariés. Enfin, seront présentés les résultats d’études expérimentales sur l’impact du confinement sur la confiance et l’individualisme.




Une autre vidéo des JECO “Immobilier d’entreprise et résidentiel et télétravail » - Conférence organisée le 19 nov 2020

La France se caractérisait par une place du télétravail plus faible que dans d’autres pays, US, GB, All avant la crise sanitaire du COVID. Certaines grandes entreprises et les services de l’Etat ont désormais compris l’intérêt d’accepter le télétravail et un certain nombre de salariés y ont pris goût. En posant l’hypothèse que ces changements d’attitude et de préférence sont durables, les intervenants vont tenter d’en discerner les implications pour les marchés immobiliers à court et moyen terme, à la fois, pour le marché résidentiel et pour le marché immobilier d’entreprise. Est-ce que le marché est susceptible d’absorber ce choc potentiel de demande sans variation de la structure des prix selon la localisation ou le type de bien, ou faut-il s’attendre à un changement de la hiérarchie des prix du logement ?



Modes de consommation Un article sur Vie Publique sur les nouveaux modes de consommation

Circuits courts, locavorisme, magasins bio… De plus en plus de consommateurs délaissent les supermarchés pour se tourner vers de nouveaux modes de consommation. Soucieux de leur santé et de leur environnement, les Français font le choix de consommer moins mais mieux.

Une note du CREDOC sur la consommation durable

La prise de conscience écologique est en très forte progression : 26 % des Français placent l’environnement en tête de leurs préoccupations en 2018, un record en quarante ans dans l’enquête Condition de Vie du CRÉDOC. Dans un contexte de tensions entre signes du changement climatique et tâtonnements des politiques publiques, la consommation durable peut apparaître comme une solution alternative pour s’engager dans la transition écologique. La mise en pratique d’actions individuelles sous forme de « consommer moins » ou de « consommer mieux » se diffuse, mais est-ce que les petits gestes suffisent pour que l’empreinte écologique diminue ? Si 88 % de la population estime que les consommateurs doivent prendre en charge les problèmes environnementaux, est-ce que les plus sensibles à l’écologie mettent le plus en pratique des gestes efficaces pour l’avenir de la planète ?

Note du CREDOC







Un dossier sur l’INC (Institut national de la consommation)sur la consommation collaborative

Consommation collaborative : quels enjeux et quelles limites pour les consommateurs ?

  • Covoiturage, échange d’appartements, prêt de matériel de bricolage, location de logement entre particuliers...
  • Les pratiques collaboratives sont de plus en plus privilégiées par rapport au commerce classique.
  • Quels sont les impacts juridiques et économiques de ces nouveaux modes de consommation ?



Une animation Powtoon sur l’évolution des modes de consommation






3.3. Les transformations numériques, de nouvelles responsabilités pour les organisations ?



La monographie O’TERA proposée sur le site Eduscol permet de traiter chaque question du programme de spécialité management sciences de gestion et numérique.

La démarche pédagogique est explicitée dans la page dédiée aux conseils didactiques et pédagogiques (cliquer sur ce lien pour rejoindre la page "Enseigner le MSDGN").

Vous trouverez ici les questions et les annexes relatives à la question de gestion 3.3. Les transformations numériques, des nouvelles responsabilités pour les organisations ? :

Dossier élève
support O’Tera sous thème 3.3
Dossier professeur
Attendus pédagogiques O’Tera


Programme sous-thème 3.3 :

Contexte et finalités
Notions
Les transformations numériques offrent aux organisations de nouvelles occasions et peuvent toucher l’ensemble des chaînes de valeurs. Elles transforment les relations entre les citoyens et les organisations.

L’exploitation des données personnelles oblige les organisations à respecter le règlement général sur la protection des données (RGPD).
Les données stratégiques de l’organisation constituent un patrimoine qu’il convient de protéger.
L’exploitation des données oblige les administrations à la transparence des algorithmes lorsqu’elles prennent des décisions concernant les individus.

Le développement des chaînes de blocs (blockchains) modifie la sécurisation des échanges et la médiation des contrats.

Cette question prolonge des éléments étudiés en classe de première dans l’enseignement de sciences de gestion et numérique et dans l’enseignement moral et civique, ainsi qu’en classe de seconde dans l’enseignement de sciences numériques et technologie.
Utilisation et protection
des données personnelles et stratégiques.

Transparence des algorithmes.

Chaîne de blocs (blockchain).

Ressources pédagogiques sous-thème 3.3 :


Notions
Ressources
Données personnelles Le référentiel CNIL de formation des élèves à la protection des données personnelles

Pour accompagner les personnels éducatifs, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) et les autres autorités de protection des données ont estimé nécessaire de concevoir, au plan international, un référentiel de formation des élèves spécifiquement consacré à la protection des données, et qui a vocation à être utilisé dans le cadre des programmes scolaires officiels comme dans celui des parcours de formation des personnels éducatifs et ce, quelle que soit la discipline enseignée.
L’acquisition par tous les élèves des connaissances, compétences et aptitudes définies dans le socle commun de compétences concrètes et pratiques du référentiel sur la protection des données constitue la finalité de cet ensemble d’apprentissages. Le référentiel comporte 9 domaines structurants dont la connaissance et la compréhension sont considérées comme prioritaires.

Le référentiel de compétences CNIL de protection des données personnelles et de la vie privée s’articule autour des 9 domaines suivants :

  • Les données personnelles
  • Vie privée, libertés fondamentales et protection des données personnelles
  • Comprendre l’environnement numérique au plan technique
  • Comprendre l’environnement numérique au plan économique
  • Appréhender la régulation des données personnelles : connaître la loi
  • Appréhender la régulation des données personnelles : maîtriser l’usage des données personnelles
  • Maîtriser mes données : apprendre à exercer mes droits
  • Maîtriser mes données : apprendre à me protéger en ligne
  • Agir dans le monde numérique : devenir un citoyen numérique



Un dossier sur la RGPD sur le site de la CNIL « RGPD : par où commencer »

Les 4 actions principales à mener pour entamer votre mise en conformité aux règles de protection des données. Ces actions doivent perdurer dans le temps pour être efficaces.

Une vidéo Lumni « L’obscur business des données personnelles »
« Si c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit ! ». Sur Internet, la plupart des outils que nous utilisons ne sont pas payants : moteurs de recherche, e-mail, cartographies, streaming de vidéo, réseaux sociaux, etc. Et pourtant, les entreprises qui les proposent et les gèrent sont milliardaires. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce qu’en échange de leurs services, nous leur donnons accès à un bien extrêmement précieux, le nouvel or noir : nos données personnelles.



Une séquence pédagogique proposée par le CREG sur la protection des données et le RGPD
Auteur : Yoann Civrac

Guide pédagogique identité numérique
Support élève
Transparence des algorithmes Un webinaire sur la transparence des algorithmes publics par la Direction interministérielle du numérique en juillet 2020.

La loi pour une République numérique (2016) a posé le principe de transparence des algorithmes publics, notamment quand ils sont utilisés pour prendre des décisions administratives individuelles. Le 1er juillet 2020 marque une nouvelle étape dans l’application de ces dispositions, avec l’introduction de la mention explicite obligatoire pour les traitements entièrement automatisés, sous peine de nullité.



Un dossier sur les Echos "L’intelligence artificielle à l’heure de la transparence algorithmique"

L’IA ne sera un succès que si elle inspire confiance aux consommateurs et aux citoyens. Rendre ses décisions explicables et transparentes est un défi que tentent de relever des experts de la psychologie et de la pédagogie.

Le 5 février dernier, le tribunal de La Haye a interdit au gouvernement hollandais d’utiliser SyRI, un logiciel de détection de fraude aux aides sociales. L’administration batave avait refusé de dévoiler le code informatique de ce système automatique qui croisait différentes données (déclarations fiscales, montants des aides perçues…) et ciblait les populations les plus pauvres. « Nous espérons que ce précédent va encourager les Etats à publier le code des algorithmes qu’ils utilisent, commente Amos Toh, qui a suivi ce procès pour HRW (Human Rights Watch), une ONG américaine où il est chercheur, en charge de l’IA et des droits de l’homme. Cela permettrait à des organismes tiers de vérifier le bon fonctionnement de ces programmes et aux citoyens de comprendre comment ont été motivées les décisions les concernant. »

Une vidéo présentant des arguments sur la transparence des algorithmes



Blockchain Un dossier sur le site du ministère de l’économie

Un rapport publié en décembre 2018, la mission d’information commune de l’Assemblée nationale sur les usages des chaînes de blocs et autres technologies de certification de registre donne la définition suivante de la blockchain :

"Une blockchain est un registre, une grande base de données qui a la particularité d’être partagée simultanément avec tous ses utilisateurs, tous également détenteurs de ce registre, et qui ont également tous la capacité d’y inscrire des données, selon des règles spécifiques fixées par un protocole informatique très bien sécurisé grâce à la cryptographie."

Vous pouvez accéder à la synthèse du rapport :
Synthèse




et une vidéo présentant ce qu’est la blockchain :







Un dossier sur Blockchain Partner "Qu’est-ce que la blockchain ?"

avec une conférence TEDx de Claire Balva, CEO de Blockchain Partner, cofondatrice Blockchain France "La Blockchain : réinventer les rapports de confiance"






3.4. Quelles relations entre les organisations et leur écosystème ?




La monographie O’TERA proposée sur le site Eduscol permet de traiter chaque question du programme de spécialité management sciences de gestion et numérique.

La démarche pédagogique est explicitée dans la page dédiée aux conseils didactiques et pédagogiques (cliquer sur ce lien pour rejoindre la page "Enseigner le MSDGN").

Vous trouverez ici les questions et les annexes relatives à la question de gestion 3.4. Quelles relations entre les organisations et leur écosystème ? :

Dossier élève
support O’Tera sous thème 3.4
Dossier professeur
Attendus pédagogiques O’Tera




Programme sous-thème 3.4 :

Contexte et finalités
Notions
Les organisations sont implantées sur un territoire et intégrées dans un écosystème qui peuvent leur fournir des ressources : ressources humaines, financières et fiscales, infrastructures de transport et numériques, services publics, pépinières d’entreprises, supports techniques (centre technique industriel, laboratoire de recherche, etc.), organismes de formation, organismes consulaires.
Réciproquement, l’action des organisations produit de multiples effets sur cet écosystème
territorial, d’ordre économique, social, culturel ou encore en matière de développement d’infrastructures.
La prise en compte de ces effets dans le processus de décision est l’une des dimensions de la responsabilité des organisations.
Les effets des décisions stratégiques des organisations sur l’emploi peuvent être mis en évidence par l’étude d’exemples d’implantation ou de relocalisation, ou au contraire de délocalisation, et de leurs conséquences économiques et sociales. Il convient de mettre en perspective ces options stratégiques en intégrant une dimension historique à leur analyse : les organisations ont longtemps façonné les territoires et les ont modelés tant sur le plan économique que sur les plans culturel, démographique, éducatif, social.

Le développement du numérique permet aujourd’hui d’appréhender différemment la notion d’écosystème, débordant la stricte dimension territoriale.
Les organisations n’agissent pas seules et les relations de partenariat qu’elles tissent se traduisent par la création de réseaux d’acteurs (pôles de compétitivité,
écosystèmes d’affaires, campus des métiers et des qualifications, etc.) qui structurent les territoires et améliorent leur attractivité. Les pouvoirs publics locaux jouent un rôle déterminant dans la recherche de compétitivité des territoires (valorisation des ressources locales, plans d’accompagnement, ruches d’entreprises, etc.). Dans ce cadre, les inégalités d’accès au numérique ont des incidences sur la localisation des acteurs économiques.
Dans la mesure du possible et sous réserve de ne pas évoquer de situations personnelles, cette question est rattachée à l’environnement territorial des élèves et peut justifier l’étude de l’histoire d’organisations locales emblématiques. Son étude est propice à l’utilisation des outils numériques, tant dans la recherche documentaire que dans l’accès à des données ouvertes (open data) et dans leur exploitation.
Stratégie d’implantation.
Écosystème d’affaires. Grappe d’entreprises (cluster).
Écosystème
d’innovation et territoires.

Ressources pédagogiques sous-thème 3.4 :


Notions
Ressources
Cluster Une série de vidéos proposées par Aunege

L’accord de consortium des projets d’innovation

Le clip porte sur l’accord de consortium des projets d’innovation. Il souligne l’importance, pour les entreprises, de contractualiser leurs partenariats stratégiques noués dans le cadre de projets d’innovation collectifs. Les principales phases de la mise en place d’un tel accord sont détaillées.



Le management des clusters

Le management de cluster est un élément clé et indispensable pour le succès d’une démarche de cluster. La fonction d’animation de cluster renvoie à un métier d’autant plus complexe qu’il est nouveau et, encore aujourd’hui, trop faiblement reconnu. Pour accompagner les managers de clusters désireux de professionnaliser leur fonction, nous proposons ici quelques clés de lecture pour comprendre les principales problématiques auxquelles ils doivent faire face.



Les clusters

L’objectif de ce clip est d’expliquer le concept de cluster ses fondements, les principales caractéristiques de ces organisations et leurs effets potentiels sur les entreprises, les territoires et les économies nationales. Il s’agit également de montrer quelles sont les parties prenantes de ces clusters, leurs places et leurs rôles dans ces organisations. Il s’agit enfin de montrer quels sont les leviers nécessitant d’être activés pour mettre en place ces organisations.



L’innovation collective dans les clusters

L’objectif de ce clip est de montrer de quelle manière les entreprises peuvent mettre en place des innovations collectives au sein des clusters. Quels sont les freins à ces coopérations ? Quels sont les leviers de l’innovation collective ? Quelles sont les pratiques mises en œuvre par les clusters pour favoriser l’innovation collective ? Autant de questions qui nous semblent fondamentales dans les économies modernes.





Ecosystème d’innovation et territoires La page consacrée à la French Tech du Limousin
"La French Tech » : c’est le mouvement français des startups. Un écosystème unique qui réunit des startups (donc), mais aussi des investisseurs, des décideurs et des community builders.
Notre mission : faire de la France un des pays les plus attractifs au monde pour les startups qui veulent se lancer, partir à la conquête des marchés internationaux et bâtir un avenir qui ait du sens."

Avec une vidéo de présentation  :



Présentation de l’écosystème d’innovation de la grande région Nouvelle Aquitaine

La circonscription Aquitaine du CNRS bénéficie d’un écosystème fertile dans les transferts de technologie vers le public et les entreprises grâce à la mise en place de nombreux dispositifs et réseaux sur son territoire.